Douleurs, problèmes de peau et psychologie énergétique.
photo by brian patrick tagalog on unsplash

Douleurs, problèmes de peau et psychologie énergétique.

En quoi la psychologie énergétique peut-elle être une aide à la résolution de douleurs physiques liées à un trauma ?

Voici le cas d’une personne que j’ai pu accompagner sur deux séances de psychologie énergétique (voir l’article en ligne) espacées d’un mois.

Les faits

La personne souffre depuis 5 ans de douleurs aux deux mains. Ces douleurs se manifestent par des sensations de brûlure et d’irritation qui l’obligent à porter des gants pour réaliser toute tâche du quotidien. Ses doigts commencent également à se déformer de manière localisée sur la premier phalange.

Après avoir consulté des médecins et différents praticiens, elle arrive à avoir recours à la psychologie énergétique.

Les objectifs de l’accompagnement

L’objectif de l’accompagnement est d’apaiser les douleurs aux deux mains et de permettre une réparation de la peau à ces endroits.

Les séances de psychologie énergétiques

Premièrement, nous avons commencé par échanger au sujet de ses douleurs aux mains : en quoi elle représentent une gène au quotidien, description de la douleur, depuis quand elle était là… Lors de l’entretien commence à émerger un évènement marquant avec une forte charge émotionnelle qui a eu lieu il y a 5 ans : un accident de voiture.

A cet évènement, était liée une image où elle serrait le volant de toutes ses forces car elle a cru mourrir en voyant arriver un véhicule à contre sens. (Le sentiment de peur lié à l’accident est de 8/10.)

La séance d’EFT (Emotional Freedom Technic) commence et la cible de l’accident est traitée une fois qu’un climat de sécurité ici et maintenant a été instauré : on ne va pas remuer le passé sans cette sécurité qui permet l’émergence et la libération des émotions, il s ‘agit de préalables.

Les émotions liées à cette image ont pu être libérées au cour de cette première séance et avec elles, le sentiment de peur lié aux douleurs est passé à 0/10.

Nous nous revoyons un mois plus tard pour continuer le travail. Dans les trois jours après la première session, les douleurs ont quasiment entièrement disparu. La peau avait également commencé à se renouveler.

La deuxième séance nous ramène à l’accident et aux différentes mémoires associées : peur de ne pas être présent pour son enfant, peur de mourrir, peur de sentir son coeur qui s’emballe, douleurs physiques liées à l’accident associées à 5 ans de kinésithérapie, peur de conduire à nouveau. Durant la séance, nous avons traité l’évènement étape par étape, ces différents aspects sont amenés à 0/10.

La personne a pu concrètement et précisément observer, identifier et nommer les causes de ses douleurs et s’en libérer. La réponse était en elle mais pas accessible directement par l’intellect. (Voir article)

Le sentiment de culpabilité lié à l’accident a également disparu. La culpabilité est un jugement sur soi-même. La séance a permis à la personne de ne plus s’identifier à l’évènement et ainsi pouvoir prendre le recul nécessaire au déblocage de la situation.

Conclusion

Même si au début, aucun lien n’était fait entre la douleur et l’évènement, écouter son corps, verbaliser les sensations corporelles et les ressentis, ont permis de dévoiler le noeud du problème. Les sentiments liés ont pu alors être libérés peu à peu, par la personne avec l’EFT et d’autres apports en psychologie énergétique. Celle-ci s’est également libérée de sa culpabilité liée à la situation.

La psychologie énergétique permet à la personne d’être accompagnée et de s’approprier un processus de deuil, de résilience dans lequel elle peut revenir sur le passé et ne plus en porter sa charge et ainsi marcher vers un présent plus léger.

Jérémie Ducheine.

Laisser un commentaire

Fermer le menu