Les réponses sont à l’intérieur

Les réponses sont à l’intérieur

Devant le nombre croissant de méthodes et de techniques de développement personnel et de relaxation, nous pouvons nous perdre et nous demander :

« Comment m’orienter dans cette jungle ? »

Il est important de se rappeler que chacune des pratiques proposées est basée sur le fonctionnement de l’être humain. Afin de les réaliser, nous faisons appel à des ressources dont nous disposons mais celles-ci sont parfois submergées par le mental.

Chaque technique prend son essence avant tout en NOUS mais souvent en proposant un angle différent. La multiplicité de ces possibilités est une grande richesse et à la fois, dans l’excès, cela peut devenir une limitation parce que cela nous disperse et reste des actions superficielles.

Dans un tel cas, nous nous substituons à la technique, en laquelle nous donnons tout pouvoir. Elle nous donne l’illusion d’être arrivé quelque part, au lieu de vivre un processus de changement durable et profond.

Comment puis-je peux me connecter à mes ressources ?
Comment leur laisser la place nécessaire en moi afin de mieux gérer mon propre équilibre ? 

Je propose d’explorer et de s’approprier les principes plutôt que la technique. En effet, selon ma vision actuelle, la technique est là pour m’initier à un début d’expériences, de ressentis mais  souvent elle n’est pas complètement pertinente pour nous.

Comment la bonifier et retrouver les principes ?

Premièrement, comprendre comment fonctionne la technique, en extraire l’essence, ce qui la fonde.

Deuxièmement, expérimenter et se recentrer sur son corps et son ressenti afin de laisser émerger un état d’être.

Troisièmement, faire le constat de cet état d’être et l’intégrer selon nos besoins et nos valeurs.

Concrètement comment aborder une technique ?

Prenons le cas de la cohérence cardiaque. Nous allons voir, en trois phase, le processus qui permet de s’approprier les bienfaits de cette technique.

Premièrement : phase de compréhension.

L’exercice consiste à respirer selon 6 cycles (inspiration et expiration) par minute et ainsi, réguler la variabilité du rythme cardiaque.
Cet état de cohérence procure un apaisement, nous ouvre à nous-mêmes et à notre environnement…

Deuxièmement : phase d’appropriation et vécu du processus

Ainsi, il s’agit d’expérimenter cette respiration au cour de plusieurs sessions accompagnées d’une piste audio, d’une vidéo, d’un chronomètre… Durant chaque session, je vous invite à observer et ressentir vos sensations corporelles (endroit du corps, sensation particulière, forme, couleur, aspect…). Exemple : visualisation d’une forme bleue, ovale, opaque à l’endroit de mon genou droit.

Interrogez-vous également : le rythme respiratoire proposé me convient-il ? Pour certains, respirer lentement génère du stress. Autorisez-vous à vivre votre propre rythme et laissez-le évoluer au fur et à mesure des séances.
Puis, observez votre esprit : quelles sont les idées qui vous viennent ? Quel est votre état d’agitation ? Que ressentez-vous ?

Quand vous vivez et ressentez un état de bien-être, prenez le temps d’ancrer les sensations corporelles.  Ainsi, les constats réalisés vont définir votre état de cohérence et vous permettent de le mémoriser et de l’intégrer dans votre quotidien. Dès lors, vous ne dépendez plus de la technique mais de principes et de ressentis qui vous sont propres.

Bilan

Par la sensation intérieure, nous atteignons les dimensions de nous-mêmes que nous ne pouvons pas atteindre par l’intellect.

La solution n’est pas à l’extérieur mais bel et bien à l’intérieur de nous, alors : ACTION pour utiliser notre propre « caisse à outils » et se construire un terrain propice à notre évolution et laisser émerger la partie immerger de l’iceberg qui elle, sait.

Jérémie Ducheine.

Crédit photo : Annie Spratt sur Unsplash.

Laisser un commentaire

Fermer le menu